Dritëro Agolli ( 1973 photo)
Dritëro Agolli (1973)
Écrivain albanais.

En juin 1991, pendant les travaux du X Congrès du Parti du Travail d’Albanie, en qualité de membre et de président de la Ligue des écrivains, au cours de la session du 10 juin à huis clos, il attaqua le camarade Enver Hoxha à cause de son culte de la personnalité et de l’isolement auquel il avait forcé avec sa politique étrangère l’Albanie vers le reste du monde, la dictature féroce, la lutte de classe e la négation de la liberté individuelle et des droits de l’homme… Son discours fut suivi par les protestations vivaces du petit groupe de délégués encore présents dans le Congrès qui décréta la fin du PTA.. MEMENTO

 

 

 

Ismail Kadarè (1973 photo)
Ismail Kadarè (1973)
Écrivain albanais.

 

Ce qu’il a dit dans sa patrie et à l’étranger:
En 1984, lorsqu’il fut publié le livre de mémoires d’Enver Hoxha : «Lorsqu’on fonda la Albanie nouvelle». « Ce livre nous rappelle les souvenirs et l’histoire de l’effort énorme qui fonda le pouvoir populaire en Albanie ; et au même temps il nous donne un enseignement et un message de la part du fondateur et du dirigent de cette ouvrage. Puisque l’ouvrage matérielle et l’œuvre publiée ont été bâti par le même homme, ce livre nous est très cher, étant encor plus important».
Parlant encore d’Enver Hoxha, en 1985, à l’occasion de la mort du leader du peuple albanais, connu par les marxistes-léninistes du monde entier comme un de théoriciens et des chef les plus important du mouvement, Kadaré écrivit : «En qualité d’architecte et de fondateur de la nouvelle Albanie, Enver Hoxha doit être considéré tel aussi pour ce qui concerne nos sciences et nos arts. Son esprit philosophique et cultivé en fit le principal promoteur de la création universelle de l’art et de la littérature de l’Albanie nouvelle. Il aimait les écrivains et les artistes dont partageait beaucoup d’intérêts. Les écrivains et les artistes qui ont eu le privilège de le connaître garderont toujours le souvenir de l’émotion pour la rencontre avec les qualité inouïes de son caractère, de sa chaleur humaine et de sa parole.
En 1990 il quitte l’Albanie pour se réfugier en France d’où il n’a pas manqué de formuler des déclarations honteuses contre le même Enver Hoxha.
MEMENTO

 

 

Ramiz Alia (1982 photo)
Ramiz Alia (1982)
Successeur de Enver Hoxha depuis 1982.

 

Avant de rejoindre les partisans du Front National de Libération pendant la guerre il a fait partie du mouvement de la jeunesse fasciste albanais pendant aux moins deux ans.
En septembre 1990 Ramiz Alia, au cours de la 45ème Assemblée Générale de les Nations Unie, il rencontre le Ministre de l’Étranger de l’Union Soviétique E. Schevarnadze, le Président de la Rmanie Jon Iliescu, le Ministre de l’Étranger chinois Tchan Tchi Tchen et surtout Sulsberg nommé par Enver Hoxha dans ses Mémoires «un ancien agent de la CIA».
Une fois rentré en Albanie il n’informa de ces rencontres ni le Bureau politique, ni le Parti. Pas un mot de sa visite aux États Unis. Depuis ce moment, on assiste en Albanie au déclenchement d’initiatives «spectaculaires» comme les assauts aux ambassades, les démonstrations des étudiants, les grèves des syndicats, la démolition de la statue d’Enver Hoxha en place Skanderbeg.
«On ne revient pas et jamais ne reviendra au passé. Il faut travailler dans cette conviction» XIIème Plenum du CC du PTA 6/11/1990
MEMENTO

 

 

 

Adil Çarçani (1982 photo)
Adil Çarçani (1982)
Premier Ministre du Gouvernement de RPSA

 

Pendant plusieurs années, une fois retiré à Girokastro, affirma au cours d’une interview à un journaliste : «La seule voie de salut pour l’Albanie est la socialdémocratie !» MEMENTO

 

 

 

Hekuran Isai (1983 photo)
Hekuran Isai (1983)
Ministre de l’Intérieur en 1991.

 

Ne s’opposa pas à l’amnistie générale proposée par Ramiz Alia en s’accordant entièrement à la ligne politique et idéologique de celui-là. Les délivrés furent employé d’ici peu pour fomenter des désordres dans toute l’Albanie et, le 20février 1991, il abattirent la statue d’Enver Hoxha en Place Skandrebeg à Tirana, alors que la Police, aux ordres de H. Isai n’intervint pas. La démolition de la statue, organisé depuis longtemps, décréta la chute du Socialisme en Albanie.
MEMENTO

 

 

 

 

Avec ces linéaments de l’histoire récents de l’Albanie on ne veut pas donner un cadre complet. On le fera un jour, parce que les événements et les développements intérieurs pour la succession d’Enver Hoxha, la méthode pour renverser le Socialisme en Albanie sont très importants pour la réflexion des marxistes-léninistes. Cela démontre de toute façon que l’ennemi le plus dangereux est celui qui se cache dans les files du Parti derrière les souris et les embrassements flatteurs.

Mais, le camarade Enver Hoxha l’avait bien dit à la fin de son livre « l’Eurocomunnisme est anticommunisme » :

«Les situations ne sont pas faciles, mais il faut se rappeler les paroles optimistes de Staline, soutenant que : «Il n’y a de forteresse dont les communistes ne puissent s’emparer». Cet optimisme révolutionnaire descend des lois objectives de développement de la société. Le capitalisme est un système condamné à mort par l’histoire. Rien, ni la résistance farouche de la bourgeoisie, ni la trahison des révisionnistes modernes pourront empêcher sa fin inévitable. L’avenir appartient au Socialisme et au Communisme.

 

 

 

 

Your opinion is important for the growth and the improvement of our web site.

The message you are sending WILL NOT BE TREATED FOR ANY COMMERCIAL OR ILLEGAL USE.

 







generate new code
CAPTCHA Image

Type the code above

Sending your message. Please wait...

Thanks for sending your message!

The security code entered was incorrect. Please try again.

Please complete all the fields in the form before sending.